Recherche avancée

Login :

Pass :
Ouvrir un compte?
3678 membres inscrits
Les 3 derniers membres :
Islandpatmos, SOKIDAWN, Makaro.

Options de tri :
Moteur de recherche


Actu du 03-05-16 (RSS) :
Ajout de la critique de Raiden V par Shadow Gallery.

158 mots dans le dico.
1376 jeux dans la base.
Les 10 derniers jeux :
- Aka to Blue
- Raiden V
- Mushihimesama
- Zenohell
- ReDUX Dark Matters
- Steredenn
- Raiden IV Overkill
- Aero Chimera
- Simulation 296
- Pleasure Hearts
Les 15 derniers...


Google+
Nanostray 2
Nanostray Native
DS Année : Testé par Tous les articles de Hydeux
Editeur : Shin’en/Majesco Dernière màj. le 31-07-2008
Un joueur
Scrolling Multidirectionnel








J’aime beaucoup ma grand-mère. Même si, du haut de ses 90 ans, elle reste vive d’esprit, elle se cantonne toujours à ses vieilles recettes, ses habitudes éculées mais qui ont fait leurs preuves et c’est toujours plaisant de goûter aux recettes de ma grand-mère, ça calme, ça rassure… C’est pour ça que j’aime bien ma grand-mère…

Pourquoi une intro si familliale ? Simplement parce que ma grand-mère, elle pourrait sans doute bosser chez Shin’en !
Je m’explique : attendu comme l’arlésienne, la suite de Nanostray donne au joueur une étrange impression de déjà-vu ronflant, on sent pourtant dans ce soft un amour du shoot, mais un amour un peu trop calme, trop pondéré et pour tout dire un amour sans fesse ! (Si ma grand-mère lisait ça !)

Premier contact : c’est beau ! Façon coucher de soleil sur la Riviera, et puis le menu offre pas mal de choix :
- le mode aventure, le jeu quoi !
- arcade, ou practice selon l’usage que vous en ferez, c’est aussi le mode « scoreur » où vous pourrez faire chaque niveau un par un, avec ranking online et tout le bataclan…
- challenge, avec 32 défis à relever, voir plus bas.
- 2 joueurs, en survie ou en chasse au score, avec une ou deux cartouches, comme ça je peux jouer avec ma grand-mère ! (et elle vous fumerait bande de blancs becs !!!)
- Simulateurs, en finissant les challenges vous débloquerez 4 mini jeux sans aucun intérêt (des repompes d’autres jeux, aucun lien avec le sujet qui nous intéresse ici…)
- options : en fait un choix de contrôle seulement, et même plutôt pas de choix du tout car soit vous jouez au pad, soit vous jouez avec le stylet et la main devant l’écran histoire de cacher la moitié des boulettes… Croyez-moi : vous jouerez au pad !

Le jeu offre une semi-liberté dans l’ordre des niveaux : le premier et le dernier sont imposés, les six autres sont par groupe de trois, vous devrez tous les faire pour finir l’aventure. Ces niveaux sont beaux, mais peut-être un peu moins que dans le premier Nanostray (disons que la claque du premier est passée depuis…), et puis ces niveaux sont longs, entre 6 et 10 minutes chacun mais les boss et mid-boss sont trèèèèèès longs….
Au niveau armement, avant chaque niveau, vous équiperez votre vaisseau d’une arme secondaire à usage limité choisie parmi six (des seekers aux mines en passant par l’aura électrique), vous pourrez choisir la vitesse de votre vaisseau, gaffe la vitesse trois est tentante mais très imprécise et vous ne pourrez pas en changer pendant un niveau ! (totalement absurde à mes yeux…) Toujours avant de commencer à jouer, vous pourrez choisir les trois orientation de vos « options », en effet vous disposez de deux modules de tirs qui sont orientables avec R et L, pas mal : in game, les ennemis arrivent donc de tous les côtés, à vous d’agir en conséquence.
Les premières minutes de jeux sont plaisantes, le scénar (très proche de celui de Metroid Prime, gardez en tête cette référence, vous penserez à moi vers la fin du jeu…) est déroulé par une jolie voix, chaque niveau est introduit par un écran montrant ces caractéristiques, les boss ont une petite cinématique d’entrée, les musiques sont bonnes… Malgré des boulettes vertes et roses, on sent tout de suite qu’on est face à du old school pur et dur, et le par cœur est de rigueur. Au passage, les boulettes sont énormes, c’est un peu ridicule…
Les niveaux s’enchaînent et on se sent comme des gosses : « Wouah, on se croirait dans Gradius V», « Wouah le scrolling est vertical, et puis aussi horizontal ! Ils ont repris l’idée de Salamander ! », « D’ailleurs ce niveau organique me rappelle quelque chose… », « Et attends voir : ce mid-boss là, c’est un boss d’Ikaruga ! », « Et celui-là, il est dans les Gradius ! », « Et ce last boss sans déconner ! il vient de … » (vous trouverez !).
Bref, je ne sais pas si je me suis fait comprendre mais le jeu joue à 100% la carte du clin d’œil et pour amusant que ce soit (genre reconnaître les persos dans les décors des KoF), c’est somme toute assez décevant car au final le jeu manque cruellement de surprises « originales ». Alors vous me direz que ce n’est pas bien grave, qu’après tout, même Gradius V est un gigantesque clin d’œil ! OK mais Gradius V se joue sur grand écran, avec le son qui pète, or ici, et ce n’est peut-être que la faute du support, il manque ce côté grandiose, ce souffle épique qui nous fait croire que décidément, nous sommes des héros ! On a grosso modo l’impression de jouer à une version digest des shoots de salon, l’impression de faire du mini-golf…

Malgré tout, le jeu n’est pas sans intérêt : le 1cc est plus dur à atteindre qu’on ne pourrait le penser par exemple (faut dire que la difficulté est mal dosée : on galère au début, on one-life le last boss…), et puis techniquement parlant, le jeu est une vraie réussite (Aaah ces couleurs !!!), et certains niveaux sortent tout de même leur épingle du jeu (le dernier surtout est très riche, malgré ces boss déjà vus…). Et puis le mode challenge rallonge un peu, un tout petit peu la sauce : 32 défis, certes pas bien difficiles (faut dire qu’après les abus du premier Nanostray…), mais agréables et parfois originaux, d’ailleurs certains offrent aux joueurs quelques coups de speed qui auraient fait beaucoup de bien à l’intérieur des niveaux qui manquent un peu de rythme !

Au final, malgré la note correcte en bas de page, je ne vais pas cacher ma déception, ce jeu était attendu comme le messie, et n’est qu’une révérence/référence aux grands shoots japonais (Shin’en, c’est allemand !) mal adaptée à son support si on fait la comparaison avec Space Invaders Extreme par exemple. Toutefois, restons positifs : le soft offre tout de même de bons moments, sa réalisation est sans faille et la chasse au score vous tiendra un moment. Soulignons aussi que cette suite ne refait pas les erreurs de son prédécesseur ! (la zone de jeu en forme de trapèze, et surtout le cheat pour finir les challenges…). Un jeu sympa quoi, c’est juste qu’il n’a pas le charisme qu’il veut se donner… Vivement le 3, quand l’équipe de Shin’en se sera affranchie de ses références !

3 jeux liés : Gradius V, Salamander, Nanostray
Site conseillé
Graphisme : du tout bon, des couleurs superbes !
Son : les musiques se veulent épiques, mais sont mal adaptées à la DS…
Avis du testeur :
7/10
Avis de 41 visiteur(s), moyenne : 9.16
9/10
Vos commentaires sur Nanostray 2 ( Ajouter un com)
, le 12/07 à 00:03 :
, le 15/10 à 19:43 :
, le 06/08 à 11:39 : OUiii y a du pompage ;) mais d autre jeux le font ! pulstar = rtype,last resort = akira, ext.. t en que c bien fait ou est le probleme vous demander de l originalite la ou les basses sont etablie depuis 25ans!! seul une compagnie arrive a relever le defie TREASURE et encore leurs dernier shoot a facilement 5ans!par contre les CAVE.warashi la aucune remarques!
, le 04/08 à 15:26 :
, le 01/08 à 21:29 :
Page n°[1] [2]