Recherche avancée

Login :

Pass :
Ouvrir un compte?
3550 membres inscrits
Les 3 derniers membres :
Saeba, Fafy69004, Mixon3000.

Options de tri :
Moteur de recherche


Actu du 17-08-14 (RSS) :
Ajout du test de Blade Eagle 3D sur SMS par Yace.

156 mots dans le dico.
1354 jeux dans la base.
Les 10 derniers jeux :
- Blade Eagle 3D
- Astebreed
- Megalopolis SOS
- Crimzon Clover World Ignition
- Orgasmatron
- Shinjinrui – The New Type
- Zanac
- Bishoujo Control
- Star Fighter
- Air Barrage
Les 15 derniers...


Google+
1942 - Midway
1942 1943 - Kaï
Arcade Année : Testé par Tous les articles de Katmoda
Editeur : Capcom
Deux joueurs alternés
Scrolling Vertical






1942, pionner du genre, emblème du style "vieux navion 2ème guerre" et début d'un série légendaire, cache derrière son aspect plus que roots un challenge pour les vrais tueurs du shmup, les guerriers du stick au sang aussi froid que la carlingue de leur zinc.
Même si les graphismes ont bien entendu pris quelques rides en 20 ans, le jeu est toujours addictif au point de friser l'hypnose.

Une hypnose venant sans doute du look général de 1942 : la mer, la mer, la mer, la mer, des fois une île, et ces avions qui tournent sans arrêt en faisant de drôles de bruits... Les décors sont donc aussi sommaires que les sprites sont peu variés, mais les tout est très bien rendu, avec très souvent une grande finesse dans le dessin et de petits détails qui font vrai.
Le chasseur dispose d'une tir frontal, qu'on peut améliorer deux fois par ramassage de power ups marqués "POW", il peut aussi s'accompagner de deux modules vulnérables aux tirs. Pas de smart bomb, mais un looping rendant invincible un cours instant.
Un arsenal aussi austère que la platitude lisse de l'océan donc, mais pourquoi alors, 20 ans après, s'acharner à rejouer encore à 1942?

Pour le gameplay! Rustique, cassant et impitoyable (on est loin des 2 pixels du masque de collision moderne...), 1942 est un challenge pour les amoureux du old school. La moindre erreur est certes fatale, surtout avec les trajectoires galagesques des ennemis, mais chaque niveau traversé sans heurt est une vraie récompense pour le joueur. Et des niveaux, il y en a... 32! Les boss (les premiers de l'histoire du shoot?) n'apparaissant que vers la toute fin du jeu, il s'agit au début simplement de survivre, en abattant le plus d'ennemis possibles (un % de réussite est donné entre chaque niveaux). La difficulté étant très élevée, durée de vie garantie pour ceux que les décors monotones n'assomeront pas avant.

Points à noter : l'étrange "musique", sorte de version électronique de la boîte à rythme pourave des Bérus (les plus vieux comprendront), qui rend fou même à petite dose. Le jeu a été conçu par Yoshiki Okamoto, auteur de Gyruss, Time Pilot, 1943, mais aussi Final Fight et Street Figher II =)

6 jeux liés : 1941 - Counter Attack, 1943 - The Battle Of Midway, 1943 - Kaï, 19XX - War Against Destiny, 1944 - The Loop Master, 1941 - Counter Attack
Graphisme : La meeeeeeeeer, qu'on voit danseeeeeer...
Son : Boîte a rythmes façon Bérurier Noirs, bruitages crachotants
Rom dispo (2748 téléchargements)
Avis du testeur :
8/10
Avis de 56 visiteur(s), moyenne : 7.65
8/10
Vos commentaires sur 1942 - Midway ( Ajouter un com)
Lyle, le 11/08 à 21:39 : Je révise mon jugement, après un peu de pratique dans de bonnes conditions. Il reste en soi répétitif, mais son rythme savamment étudié lui donne un vrai intérêt. Le jeu est en tout cas nettement supérieur, je trouve, à Vulgus et Exed Eyes. Bon début de Capcom.
, le 17/02 à 17:55 : Yeaha!!!
Xesbeth, le 15/09 à 19:19 : ouai euh...à réserver aux nostalgiques pur et dur et qui n'ont jamais joués à ses suites.
Lyle, le 12/07 à 01:19 : Je trouve qu'il a plutôt mal vieilli, niveau gameplay surtout. Les vagues d'ennemis sont trop répétitives, ce qui donne une difficulté pas très motivante. Un manque de densité corrigé dans les épisodes suivants.
, le 23/05 à 22:21 : Je l'avais sur mon amstrad cpc 464, j'y ai joué des heures! Vu le peu de titres supportant la comparaison c'est probablement un des meilleurs shmup sur cette bécane.
Page n°[1] [2] [3]