8/10 Très bon

Graphisme
pas terribles, mais honnêtes, le décor bleu hallucinatoire du 2ème stage remonte le niveau
Son
quelques mélodies bien sympas, même s’il y a de la pompe dans l’air

Endeffector

  • 1 joueur
  • Scrolling horizontal

Endeffector est un freeware qui semblerait être sorti d’une Université de Kyoto en « Developing Edition », cela voudrait-il dire qu’il s’agit d’un soft inachevé?… bon, je ne connais pas tous les détails entourant ce jeu, mais une chose est sûre: Endeffector est absolument fabuleux.

Ses qualités sont: une jouabilité variée et sans faille, la rapidité de l’action (on ne s’ennuie jamais !) et une bonne musique.
Le menu, simple, permet de choisir la difficulté et le stage (5 au total). Ici, pas de power up ou de supers armes à ramasser, on a un classique tir multidirectionnel mais il n’est pas seul; une autre arme s’active en appuyant sur le deuxième bouton: on crée une boule d’énergie qui stagne jusqu’à ce qu’on relâche le bouton, la boule se dirige alors vers la direction qu’on donne grâce au pad.

Cette arme est bien pratique pour détruire les ennemis venus de toute parts et ajoute une touche d’inventivité et de fun (quand on l’a bien maîtrisée) à cet extraordinaire freeware. Bien sûr, on a parfois des impressions de déjà vu dans ce jeu, qui fait penser en de nombreux endroits à Border Down, mais c’est plutôt bon signe, vu la qualité de la référence, d’ailleurs Border Down est aussi, en partie, le fruit d’un éclectique mélange de shoot‘em up fameux.

On peut reprocher à Endeffector des graphismes un peu trop simples et des couleurs assez mal choisies, mais dès qu’on y joue, on oublie ces détails et on se concentre sur le jeu, qui mêle avec bonheur gameplay manic et old shool (à noter aussi quelques subtilités comme les changements de comportement des ennemis quand on arrive à en détruire certains.)
La musique est très plaisante, et là encore, il y a du déjà vu, notamment celle des boss (je n’ai pas trouvé, mais je suis sûr et certain d’avoir déjà entendu cette musique dans un autre jeu…).

Au final, ce jeu est d’un intérêt incontestable, et mérite largement qu’on s’y attarde, si ce sont effectivement des étudiants qui ont crée ce jeu, je ne peux que les applaudir en espérant fortement qu’ils continuent à faire d’aussi bonnes choses. Allez les jeunes!
La scène freeware, notamment nippone, permet aux shoot em up de rester dans l’actualité vidéoludique malgré tout, c’est très très bon signe et quand ils sont de cette trempe, on se met à genoux et on prie Dieu de tout son cœur en remerciant la vie =)

Testé par Sisi

Test crée le 1/01/70 à 01:00, modifié le 30/09/17 à 13:47